Better City Better Life

Better City Better Life

L’inauguration de la plus grande Exposition Universelle jamais organisée aura lieu dans moins d’une semaine à quelques kilomètres de là. Son slogan est plein de promesses : « Better City Better Life ».
En deux décennies, Shanghai  s’est totalement transformée. Ses habitants ont vécu au rythme des chantiers, drainant des milliers d’ouvriers venus des campagnes pour répondre aux besoins de main d’œuvre. Pendant les six mois que va durer l’Expo, les chantiers vont se taire, les ouvriers seront déplacés loin du centre.
Des rues entières, ne correspondant plus à l’image moderne de Shanghai seront fermées. Les marchands ambulants seront chassés. La ville doit être parfaite aux yeux du monde, aux yeux de la Chine et surpasser Pékin sa grande rivale, qui a réussi l’organisation des Jeux Olympiques deux ans plus tôt.
La ville se transforme à une vitesse folle, impensable pour nous, Occidentaux. Il y a vingt ans, le quartier de Pudong et ses tours vertigineuses n’étaient qu’un gigantesque marais. Des quartiers-villes apparaissent, des centaines de kilomètres d’autoroutes urbaines se faufilent entre les immeubles, à des hauteurs vertigineuses. La ville s’est résolument tournée vers le futur, le développement, la modernité, tournant le dos à son passé. Le « lilong », regroupement de maisons autour d’une cour intérieure, était il y a quelques années encore le modèle d’habitation populaire le plus répandu. Il est aujourd’hui en voie de disparition. Les boutiques sur rue ou sur le trottoir dans lesquelles s’exerçait le commerce sont détruites. Quelques îlots subsistent mais ne sont plus entretenus. L’insalubrité gagne du terrain et devient le prétexte à la démolition. Le modèle est aujourd’hui la tour de logement de 30 à 40 étages, regroupée avec d’autres, dans une enceinte sécurisée. Ces îlots déconnectés de la ville sont impossibles à traverser pour ceux qui n’habitent là.  Il s’agit d’une des manifestations les plus visibles d’une société en mutation, de la déshumanisation des mégapoles.

Waicangqiao Street n’existera bientôt plus, elle fait déjà partie du passé. Quelques habitants resteront jusqu’à ce que les bulldozers les délogent. Le hasard de mes déambulations, m’a mené dans ce petit bout de territoire, ce bref moment d’Histoire où tout bascule et le présent n’existe déjà plus. Better City, Better Life.

Better City Better Life - Installation - 2010 - Vincent FILLON

Better City Better Life – Installation – 2010 – Vincent FILLON